Hépatite : Une tueuse silencieuse pourtant évitable

A l’instar des autres pays du monde, le Mali a célébré ce 28 juillet la journée mondiale contre l’hépatite sur le thème  « connaitre l’hépatite, agir maintenant ».

Pour la circonstance, la cérémonie d’ouverture était présidée par le Professeur Salif Samaké  en présence de Najim de l’OMS, professeur Moussa Maiga de l’hopital Gabriel Touré, Mme Touré Djeneba Samaké présidente de l’association SOS hépatite.

Selon l’OMS l’hépatite virale, une infection du foie provoquée par cinq virus distincts de l’hépatite (A, B, C,D, E), est un problème de santé publique très répandu dans la région africaine, à l’instar d’autres maladies transmissibles graves, dont le VIH, la tuberculose et le paludisme. Les cinq virus de l’hépatite peuvent tous provoquer une maladie grave, mais le plus grand nombre de décès résulte du cancer et de la cirrhose du foie, affection dans laquelle il se produit une cicatrisation irréversible du foie. Ce phénomène survient après plusieurs années d’hépatite B ou C chronique. Dans la région africaine, l’hépatite B touche environ 100 millions d’individus. De même, selon les estimations, 19 millions d’adultes de la région souffrent d’une infection chronique d’hépatite C. Toutefois, la plupart des personnes atteintes d’hépatites virale chronique n’ont pas conscience de leur état et ne reçoivent pas de traitement approprié.

Au Mali cette maladie ravage silencieusement des milliers de personnes par ans. Ce qui fait dire au professeur Moussa Maiga de l’hopital Gabriel Touré que sa structure sanitaire  a enregistré 96 cas d’hépatite de janvier au mois de juillet dont 13 cas de cancer de foie. « Pourtant nous avons les moyens de préventions et de traitement. Mais le médicament coûte 120 000FCFA et est inaccessible aussi ». A cet effet Mme Touré Djeneba Samaké, présidente de l’association S0S hépatite, a lancé son cri de cœur pour un programme national de lutte contre l’hépatite au même titre que le sida et le paludisme. Du coté du ministère de la santé représenté par Salif Samaké, une assurance a été donnée à l’association pour son accompagnement dans la lutte contre cette tueuse silencieuse. «  C’est l’une des priorités de madame  le ministre de la santé et de l’hygiène publique, Dr Marie Madeleine Togo. Dans quelques jours Madame le ministre effectuera une mission à l’extérieur pendant laquelle le sujet de l’hépatite sera au centre des échanges. Au niveau du département une attention particulière  est mise sur l’accès aux médicaments  contre l’hépatite», a-t-il dit.

ML FOFANA          

Source: Mali24

 

Ajouter un Commentaire


© Copyright MALI 24 – Avenir Média/Mali 2013. Tous droits réservés