L’émissaire des Etats-Unis annonce que la CMA va signer l’accord

Après un entretien avec les groupes armés à Alger: L’émissaire des Etats-Unis annonce que la CMA va signer l’accord

L’émissaire des Etats unis d’Amérique à la rencontre d’Alger la semaine dernier entre la médiation et les différentes parties prenantes du processus d’Alger pour la paix au Mali, l’ambassadeur Bisa Williams a affirmé hier lors d’un point de presse qu’elle est persuadée que la Coordination des mouvements de l'Azawad va signer l’accord de paix après des entretiens qu’elle a eus avec ces mouvements. 

En visite au Mali depuis une semaine au cours de laquelle elle a pu assister à la dernière rencontre d’Alger entre la médiation internationale et les différentes parties prenantes au processus d’Alger pour la paix au Mali, la Sous secrétaire adjointe au Bureau des affaires africaines du Département d’Etat américain, chargée des questions de politique économique de l’Afrique de l’Ouest et subsaharienne, l’ambassadeur Bisa Williams,  a déclaré à la presse hier qu’elle est persuadée que la Coordination des mouvements de l'Azawad va signer l’accord issu des pourparlers inter maliens d’Alger. La diplomante américaine a expliqué « avoir eu des entretiens avec toutes les parties ». Selon elle, « lors des rencontres, elle a aperçu l’engagement de chaque partie à faire la paix, mais qu’il y a un grand fossé de méfiance et de confiance qui sépare les uns des autres. Aucune partie ne rejette le document ce qui me fait croire que chacun va signer l’accord. J’en suis sûr que la CMA va signer l’accord, je pense bien ».

A savoir si son pays prévoit des sanctions contre ceux qui ne signeront pas le document, l’ambassadeur Bisa Williams, a rappelé la place des Etats-unis au sein de l’ONU qui a déjà fait une déclaration sur cette problématique. Elle a rappelé que l’ONU a déjà annoncé que « toute partie ne va signer cet accord après tant d’efforts se distinguera comme ennemi pour le processus de paix au Mali et sera traitée comme telle ». Avant, elle avait assuré le soutien de son pays pour la mise en œuvre de l’Accord d’Alger.               

Au cours de sa visite dans notre pays, la Sous secrétaire adjointe au Bureau des affaires africaines du Département d’Etat américain, chargée des questions de politique économique de l’Afrique de l’Ouest et subsaharienne a indiqué avoir eu des  échanges fructueux avec les autorités maliennes dans le cadre du développement socio-économique du pays. A l’issue des rencontres aussi avec les organisations de la société civile à Bamako comme à Mopti où est elle a été, la diplomante américaine se dit très satisfaite, car toutes personnes qu’elle a rencontrées sont engagées pour la paix au Mali.

Il faut noter qu’elle est à sa première visite au Mali depuis nomination à ce poste il y a un an et demi environ. 

Maliki Diallo

Source: L'Indicateur du Renouveau

Abdoulaye Diop : «Nous avons été à Alger pour témoigner et non pour négocier »

Le ministre des Affaires Etrangères de retour d’Algérie et des Etats-Unis a convié la presse pour évoquer la signature prochaine de l’Accord de paix prévue le 15 mai prochain.

« Nous avons été à Alger pour être témoin non pour négocier. C’est d’ailleurs par respect pour le médiateur algérien qui nous a invité à assister au paraphe solennel de la coordination des mouvements de l’AZAWAD. Malheureusement ce paraphe de la CMA n’a pas eu lieu le 15 avril, une date fixée par la coordination elle-même à l’équipe de la médiation», précise Abdoulaye DIOP, qui rassure ; « aucun groupe, aucun individu ne pourra prendre le processus de paix en otage ». Le processus avance et la date du 15 mai a été retenue pour la signature définitive à Bamako dans la capitale malienne. D’après le ministre de la solidarité Hamadoun Konaté, «Un mois est largement suffisant pour la signature de la paix. C'est à partir de la date du 15 avril que la médiation a retenu le 15 mai pour clore le processus.

Un accord sans la CMA ?
C’était la principale préoccupation des journalistes. En réponse, le ministre Diop a laissé entendre que lors de ses visites au Conseil de sécurité et de paix de l’ONU, à l’Union Africaine et à la CEDEAO, tous ont estimé que l’accord d’Alger était une chance pour la paix définitive au Mali. « Ceux qui refuseraient de signer l’accord de paix pourraient être considérés comme les ennemis de la paix. Et il appartiendra à la médiation de suivre l’application de l’accord sur le terrain".

Une guerre en vue sur le terrain ? "Une fois que l’accord sera signé, plus rien ne justifiera la terreur sur les populations du nord. Rassurez vous, il n’y aura pas d’apocalypse après l’accord de paix", a ajouté Konaté. Abdoulaye Diop de son côté, espère toujours que la CMA reviendra à de meilleurs sentiments pour parapher l’accord à la date du 15 mai.

source : JDM

 

En un mot : Les deux dames qui bloquent l’accord

Après avoir déclaré closes les négociations le 1er mars 2015, la Médiation internationale a engagé mercredi dernier de nouveaux pourparlers dits « informels » avec la délégation de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) représentés par de seconds couteaux.

Le blocage est du côté du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) qui a du mal à avoir la caution de la branche installée en Mauritanie où deux dames, les nommées Nina Walett Intalou (51 ans) et Zakiyatou Walett Halatine. La première, fille d’un infirmier-major de la gendarmerie, est issue de la tribu des Idnane. Bien qu’élue maire de Kidal en 1997, Nina Walett Intalou n’a jamais pu exercer ses fonctions. Proche du chef militaire du MNLA, Mohamed Ag Najim, elle voue une haine à Kadhafi et à  Iyad Ag Ghali.

Ancienne ministre et ex-fonctionnaire aux Nations unies, Zakiyatou Walett Halatine, a quitté Bamako après que sa maison ait été pillée le 1er février 2012 à Kati par des manifestants, époux et enfants de militaires sauvagement assassinés à Aguelhok en janvier 2012.

Toutes les deux sont foncièrement opposées à la paix et bénéficient du soutien fort des autorités mauritaniennes avec qui elles organisent des levées de fonds et des collectes de don pour les « populations de l’Azawad ». Avec les moyens importants dont elles disposent, elles contrôlent le MNLA et sont devenues les bêtes noires d’une Médiation internationale en perte de vitesse et de crédibilité.

DAK

Un convoi de fournisseurs civils de la MINUSMA : 2 morts et 1 blessé dans

Bamako, le 18 avril 2015 – Un convoi de fournisseurs civils de la MINUSMA a été attaqué hier soir vers 19h par deux assaillants à 15 kilomètres à l’Ouest de Gao.

Après avoir stoppé le convoi, les assaillants ont froidement abattu deux des chauffeurs avant de mettre le feu aux camions.

Les autres membres de l’équipe du fournisseur de la Mission, dont un blessé par balles, ont réussi à prendre la fuite, certains ont été entendus pour les besoins de l’enquête.

La MINUSMA a immédiatement déployé une force d’intervention rapide sur le terrain.

La MINUSMA  condamne fermement cette nouvelle attaque touchant des civils innocents et met tout en œuvre pour que les responsables soient appréhendés, traduits en justice et qu'ils répondent de leurs actes.

Accord d’Alger : Le HCUA veut parapher le 20 avril

Pour des divergences internes, le paraphe par la CMA est reporté au 20 avril  prochain. Nous tenons cette révélation d’un responsable du Haut conseil de l’unité de l’Azawad qui a précisé que «même si les autres ne veulent pas, nous allons le faire ».

Annoncé pour mercredi,  le paraphe de l’accord d’Alger par la Coordination des mouvements de l’Azawad est finalement renvoyé à la semaine prochaine. En tout cas, le Haut conseil de l’unité de l’Azawad se prépare à apposer sa signature sur le document la semaine prochaine. « Vu la situation qui prévaut à l’interne, nous envisageons de parapher le 20 avril prochain. Même si les autres ne veulent pas, nous allons le faire », nous a confié hier après midi un responsable du HCUA. Avant d’expliquer que tout dépendra des rencontres que les différents membres de la coordination doivent avoir avec la médiation.

Toute la matinée d’hier, d’innombrables conciliabules ont eu liées autour de la médiation. « Le but de ces réunions est de ramener les mouvements de la coordination à être sur la même longueur d’onde avant le paraphe » nous a précisé nos sources présentes à Alger qui ont ajouté qu’il est attendu l’arrivée du secrétaire général du  MAA dans la capitale algérienne. D’autres autres sources nous ont signalé la présence du secrétaire général du MNLA Bilal Ag Achérif.

« Cependant, ce dernier est venu à Alger afin de parler mais sans parapher. Puisqu’il a du mal à avoir la caution de la branche MNLA installée en Mauritanie ou l’on retrouve Nina et Zakiyatou ». Différentes  sources soutiennent que ces deux dames bloquent tout car écartent tout retour à Bamako. La médiation s’attèle désormais à résoudre leurs cas pour avoir le paraphe du MNLA.

Alpha Mahamane Cissé

Source: L'Indicateur du Renouveau

© Copyright MALI 24 – Avenir Média/Mali 2013. Tous droits réservés