Télécom: L’AMRTP à pied œuvre pour finaliser son rapport annuel

L'Autorité Malienne de Régulation des Télécommunications/TIC et Postes (AMRTP) a comme mission clé le développement des télécommunications, des technologies de l’information et de la communication (TIC) et de la Poste et leur accessibilité aux usagers.

Pour atteindre  les objectifs  fixés, l’AMRTP établit chaque année un rapport public qui rend compte de ses activités et de l'application des dispositions législatives et réglementaires relatives au secteur des télécommunications. 

Un tour à l’AMRTP nous a permis de comprendre que  les responsables de ce service  sont en train de redoubler d’ardeur pour finaliser le rapport 2016. 

Selon son chargé de la communication, Oumar Maïga, l’AMRTP est toujours  au service des usagers. 

A l’analyse, même s’il y a une certaine baisse d’activités dans le secteur des télécommunications, il n’en demeure pas moins que son dynamisme est resté entier. 

Avec un parc de 23 659 976 clients en 2014, le nombre d’abonnés des opérateurs de télécommunications SOTELMA et Orange Mali SA a chuté à 22 867 921 clients, soit un taux de pénétration à 130%. 

Il ressort que la téléphonie mobile tient le haut du pavé avec le plus grand nombre d’abonnés. Cependant la téléphonie fixe enregistre une légère augmentation de 9,4 % par rapport à l’année précédente. 

Mahamane MAIGA 
  

SourceLejecos

 

Une chanteuse arrêtée au Senegal pour offense au chef de l’État

La chanteuse sénégalaise Amy Collé Dieng a été interpellée jeudi soir dans le quartier du Plateau, à Dakar, suite à la diffusion d’un enregistrement audio - dont l’origine demeure inconnue - où elle critique le président Macky Sall.

La chanteuse de « mbalakh » Amy Collé Dieng se trouve actuellement en garde à vue pour « offense au chef de l’État » et « diffusion de fausses nouvelles », a confirmé une responsable de la police de Dakar jointe au téléphone par Jeune Afrique.

En cause, un enregistrement diffusé quelques jours plus tôt sur des sites d’informations sénégalais, dans lequel la chanteuse déclare que « le chef de l’État est un bandit froid, un manipulateur qui emprisonne les innocents et est prêt à tout pour garder le pouvoir ». « J’appelle les Sénégalais à se lever contre la tyrannie du président Macky Sall », poursuit-elle dans le document.

Six mois à deux ans de prison encourus

Des critiques envers le chef de l’État qui pourraient lui valoir une peine de six mois à deux ans de prison et une amende de 100 000 à 1 500 000 francs CFA, selon l’article 254 du code pénal. Quant à la « diffusion de fausses nouvelles », elle est passible d’un à trois ans de prison et d’une amende de 100 000 et 1 500 000 francs CFA (article 255 du même code).

Une affaire similaire avait défrayé la chronique au début du mois de juin. Quatre personnes avaient alors été arrêtées après avoir diffusé sur la messagerie instantanée WhatsApp un photomontage mettant en scène un homme nu avec le visage de Macky Sall. Le juge d’instruction les avait inculpées et placées sous mandat de dépôt, pour « diffusion d’image contraire aux bonnes mœurs et association de malfaiteurs ».

Les deux affaires interviennent dans un ... La suite sur Jeune Afrique 

Source: Jeune Afrique

Championnats du monde de taekwondo : Karamoko Soumaré en route pour concrétiser son rêve

Malgré sa mise à l’écart pour certaines compétitions, Karamoko a quitté le Mali pour s’entraîner en Europe, précisément du côté de l’Espagne afin de pouvoir réaliser son rêve : hisser haut les couleurs du Mali dans le monde et contribuer à écrire les plus belles pages de cet art dans son pays et en Afrique.

“Je veux marquer l’histoire de mon sport (taekwondo) à l’international” ! Telle est l’ambition qui anime le jeune taekwondoïste Karamoko Soumaré à la veille des championnats du monde prévus à Muju (Corée du Sud) du 22 au 30 juin 2017.

Le sociétaire de la salle de formation Fitness Center du centre d’entraînement Olympic Art Málaga (Espagne) ajoute, “mon ambition le plus cher est d’être médaillé olympique pour mon pays”.

Et le jeune homme ne s’est pas ménagé ces derniers mois pour essayer d’atteindre son objectif et réaliser son rêve. Après une tournée européenne bien aboutie, il a aujourd’hui les yeux tournés vers la Corée du Sud qui abrite l’édition 2017 des championnats du monde de taekwondo. Karamoko a ainsi participé et gagné l’Open d’Agen, le Tournoi international de Paris, un quart de final à l’Open d’Espagne…

Combattant technique, physique et toujours d’attaque, K. Soumaré s’est adjugé deux médailles d’or et le trophée de Meilleur de la 7e édition de l’Open international de Boé en France. Non seulement, le jeune combattant a été sacré dans deux catégories (les -87 et les +87 kg), mais il a remporté également le trophée de Meilleur combattant de l’Open.

Plus de 400 combattants français et espagnols (senior, junior, cadet et minime) issus de 55 clubs étaient en lice cette année pour le prestigieux trophée.

Il convient de rappeler qu’avant ce tournoi, le Franco-malien s’était illustré en Espagne en remportant le championnat de Castille la Mancha, en présence du grand maître Angel Munoz de Madrid, venu spécialement coacher son champion, Christian Seijo. Ce sacre de Karamoko Soumaré avait fait dire au technicien que le jeune combattant a “toutes les capacités pour se présenter au Championnat du monde et de faire retentir au plus haut niveau l’hymne et les couleurs de son pays, le Mali”.

Nous souhaitons bonne chance à ce grand patriote pour les championnats du monde (297e édition) prévus du 22 au 30 juin 2017 à Muju, en Corée du Sud.

Alphaly

Source : Le Reflet

Que sont-ils devenus ? Abdoulaye Koumaré dit Muller : Flash-back sur un renard des surfaces

Il est sans conteste, avec Seydou Diarra “Platini”, l’un des plus grands buteurs de l’histoire du football malien. Il partage avec l’avant-centre du Stade malien de Bamako des années 1980 (aujourd’hui basé en France) la triple qualité du sens aigu du but, d’une adresse à toute épreuve devant les buts et d’un réalisme presque parfait. Tous les connaisseurs l’auront deviné, le héros de ce huitième  numéro de “Que sont-ils devenus ?” s’appelle Abdoulaye Koumaré. Celui qui a perdu son prénom au profit du surnom Muller (du nom de l’emblématique attaquant allemand des années 1960-1970, Gerhard Müller, plus connucomme Gerd Müller, champion du monde en 1974, meilleur buteur de la Coupe du monde en 1970 avec 10 buts dont le 800ème de l’histoire du Mondial contre la Bulgarie et Ballon d’or la même année, auteur de 365 buts en 427 matches de Bundesliga (record absolu en Allemagne) et détient le record du plus grand nombre de buts inscrits sur une même saison en Allemagne avec 40 unités lors de la saison 1971-1972 du Bayern Munich) “ne vivait que pour marquer des buts”. Ayant pris sa retraite sportive depuis trente ans et sa retraite professionnelle depuis six mois, nous avons rencontré cet ancien renard des surfaces dans son Bagadadji natal pour une rétrospective qui va tenir les nostalgiques en haleine. Muller nous dit tout !

Nous étions prêts à effectuer le déplacement sur Kangaba où il servait à Plan International pour rencontrer Abdoulaye Koumaré. Mais quand nous l’avons contacté, Muller nous informe qu’il a fait valoir ses droits à la retraite le 31 décembre 2016. Par conséquent, il est à Bagadadji, “Wotoro Carré” (le carré des charrettes), non loin de la grande mosquée de Bamako. C’est d’ailleurs là qu’il est né un 13 mai 1958.

Une fois en face de notre héros, deux questions nous brûlaient les lèvres. Primo, quelle explication à la complicité de leur génération au Djoliba avec l’entraîneur  Karounga Keïta dit Kéké?  Secundo, pourquoi il raffolait de buts ?

Nous nous rappelons encore cette scène passée au début des années 1980: sur une contre attaque djolibiste, Muller, après avoir déclenché son tir, est fauché par un défenseur du Réal. Le gardien Seydou Traoré “Guatigui” repousse le ballon, et Muller, pourtant à terre, pousse la balle dans les filets de la main et s’aventure ensuite  dans un cyclone de joie immense pour manifester le but, au point de tromper la vigilance de l’arbitre central, Modibo N’Diaye, sans doute masqué sur l’action et qui était estomaqué  par les protestations des Scorpions. Heureusement que son assistant, Sidi Bekaye Magassa, qui avait bien suivi l’action, lui fit corriger ce qui faillit être une injustice.

Le silence fut une erreur…regrettable

Si nous avons tenu à rappeler ce passage, c’est pour montrer à tel point Muller tenait aux buts. Quand nous lui rafraichissons la mémoire sur ces faits, notre héros les reconnait et avoue son stratagème pour tromper les arbitres. Cela fait partie du football.

En s’entretenant avec Abdoulaye Koumaré dit Muller, on se rend compte qu’il a une capacité d’analyse extraordinaire. Tous ses propos sont soutenus par des argumentations solides et irréfutables.

Pour ce qui est de la complicité de leur génération avec leur ancien mentor, Karounga Keïta dit Kéké, Muller dit qu’elle se résume à trois choses : la peur, le respect et la discipline vis-à-vis du  baobab de Hérémakono qui était en avance sur les joueurs. Finalement, il est parvenu à les endoctriner.

Selon Muller, un attaquant est fait pour marquer des buts, ou faire marquer. Il trouve son amour pour le but  logique, parce que c’est sa raison d’être sur le terrain.

Sur un tout autre plan, Abdoulaye Koumaré se dit convaincu que son retrait par rapport à la gestion du Djoliba AC a été une erreur fatale.  C’est cette indifférence de sa génération qui a fragilisé le club. Si les anciens du Djoliba étaient restés près de l’équipe, elle ne serait pas tombée en disgrâce aujourd’hui, à son avis. Muller soutient qu’après avoir reconnu son erreur, il a approché ses anciens co-équipiers afin qu’ils sauvent ce qui peut encore l’être. Parce que l’atmosphère à Hérémakono avait commencé à être polluée par des questions de transferts des jeunes. Sa déception fut grande quand ceux-ci n’ont pas répondu à son cri de cœur. L’enfant de Bagadadji estime que seule sa génération au Djoliba pouvait tenir tête à l’ancien président Karounga Keïta dit Kéké, en lui proposant des directives concernant l’orientation du club. S’éloigner du Djoliba, c’est trahir le club.

Repéré lors d’un lever de rideau

A la question de savoir pourquoi encore cet amour aveugle pour le Djoliba ? Muller répond qu’entre le Djoliba et lui, c’est une longue histoire, qui a commencé un beau matin de l’année 1972. Il se rappelle qu’un jour, très jeune, feu Tiécoro Bagayoko envoie un émissaire le prendre. Une fois devant l’ancien directeur des services de Sécurité, celui-ci lui demande s’il aimerait jouer avec le Djoliba. Il répond par l’affirmative.  Mais Tiécoro insiste  et dit craindre le côté du père de Muller, un grand Stadiste. Abdoulaye Koumaré le rassure et immédiatement l’ancien dignitaire du Comité militaire de libération nationale (Cmln) réunit toutes les conditions : photo, licence, équipement. Muller était encore cadet.

Il est bon de rappeler que l’ancien joueur du Djoliba et de l’équipe nationale a été repéré lors d’un lever de rideau d’une rencontre du Djoliba. Pur produit du Réveil Club de Bagadadji (né de la fusion de Santos et de Flèche noire), Muller, sélectionné ce jour-là par le Tout Puissant de Bamako Coura, a séduit tout le Stade omnisports. A la fin de la rencontre, une fois dans les gradins, les supporters du Djoliba, du Stade malien et de l’as Réal le gratifient de jetons. Chacun voulait le voir évoluer dans son équipe. Mais feu Tiécoro, en bon policier, avait son plan. Il l’a mis à exécution et le reste sera facilité par l’envie que Muller lui-même épousait pour jouer au Djoliba.

De la catégorie des cadets, il rejoint les seniors en 1975 où la première séance d’entraînement l’a beaucoup secoué, mais sanctionné par sa convocation à l’internat pour rejoindre ses aînés qui préparaient un match contre le Réal de Banjul, en Gambie. Il a rejoint ses camarades avec un jour de retard parce que ses parents n’étaient pas avisés. Et un enfant à son âge ne pouvait pas se permettre une certaine liberté.  Muller se rappelle à l’époque que le rythme d’entraînement du Djoliba était insoutenable pour un enfant gâté, tellement que les séances physiques étaient dures à supporter. Mais, lui a été galvanisé par le fait que Kéké même s’y adonnait à cœur joie. Sa carrière connaîtra une autre dimension deux ans  plus tard, avec sa titularisation au Djoliba et sa sélection en équipe nationale. Il ne  les quittera que jusqu’en 1988.

L’aventure gabonaise

Entretemps, il a fait un tour au Gabon. Comme Sory Kourouma nous l’avait si bien confié dans le tout premier numéro de cette rubrique, ils ont été contactés en 1984  par un Malien résident au Gabon, pour qu’ils aillent évoluer à l’Oprag du Gabon.

Seyba Sangaré fut le premier à décamper pour Libreville. Les dirigeants du Djoliba ont négocié le départ de Sory Kourouma, en lui faisant des propositions. Remetter avait tendance à accepter le deal. Muller a conclu à un désaveu à son égard  quand son co-équipier l’informa que Kéké voulait le maintenir. C’est ainsi qu’il est allé voir Mamadou Lamine Haïdara dit Mao pour lui retirer son billet, malgré le refus de ce dernier. Une fois son titre de voyage en main, il informe Remetter de sa décision. Ce qui fut un déclic pour la volonté de l’ancien gardien, qui l’informe immédiatement de son intention de partir au Gabon. Voilà comment  Seyba Sangaré dit Durulé, Abdoulaye Koumaré dit Muller et Sory Kourouma dit Remetter se sont retrouvés à Libreville. Ces derniers y passeront deux ans. Seyba y est toujours.

Retraite prématurée

A son retour  au Mali en 1986, Abdoulaye Koumaré dit Muller rejoint le Djoliba et récupère sa place de titulaire à l’équipe nationale.

En 1988, contre toute attente, l’enfant de Bagadadji décide de prendre sa retraite définitive. Et malgré les interventions des joueurs, de l’encadrement technique et des dirigeants, sa décision est restée irrévocable. Mais, que s’est-il passé exactement ? Abdoulaye Koumaré dit Muller donne les raisons : “L’équipe nationale du Mali a été invitée  par son homologue de l’Algérie, pour un match amical. Quand nous sommes arrivés, les Algériens n’avaient pris aucune disposition pour nous. Les conditions de vie dans les différents hôtels étaient déplorables, et l’équipe n’avait pas de terrain pour s’entraîner. Seulement, on s’amusait au bord de la mer. C’est dans ces conditions que nous avons repéré un terrain non loin de la mer, nous avons saisi l’opportunité pour au moins une séance de décrassage. Subitement des enfants Arabes sont venus chasser l’équipe nationale du Mali. Le lendemain, les Algériens programmèrent le match amical. Quand le coach Kidian m’a appelé pour me donner l’information, je lui ai dit que ces gens veulent nous humilier. Donc le mieux serait de ne pas jouer. Après mon entrevue avec Kidian, je suis parti expliquer aux joueurs ce qui est en train de se tramer. A l’unanimité, nous avions dit qu’il n’était pas question de jouer un match. Surtout que l’équipe nationale n’avait pas les chaussures adaptées au gazon synthétique. Quelques instants après, le coup de fil du Ministère des Sports tombe et le département nous instruit de livrer le match. L’équipe a joué et s’est inclinée par 6 buts à O. Quelle humiliation ! Le soir, j’ai informé mon compagnon de chambre Yacouba Traoré dit Yaba du Stade malien de Bamako, de ma décision d’arrêter. Parce que ce qui s’est passé était inadmissible. Une fois au restaurant, Yaba annonce la nouvelle et les camarades m’ont supplié de revenir sur ma décision. Je n’ai pas changé d’avis jusqu’à ce jour. Arrivé à Bamako, Kidian Diallo me convoque de nouveau. Je lui dis clairement de m’excuser et que je demeure toujours dans ma logique de ne plus jouer au ballon. Parce que je n’ai pas accepté le comportement indécent des Algériens. “

Ses souvenirs

Pour évoquer ses bons souvenirs au Djoliba, l’enfant de Bagadadji se rappelle de cette finale de la coupe du Mali de 1978, qui a opposé le Djoliba à l’AS Réal. Quelques mois plus tôt, soit au matin du 28 février, leur maître, Tiécoro Bagayoko, avait été arrêté dans l’affaire de la “Bande des trois”, et déjà essuyait trop de critiques. Parce que l’on  pensait que son ombre était le fruit de la suprématie du Djoliba qui régnait sur le football malien depuis le début de la décennie 1970. Pour la petite histoire, un autre membre du Cmln, qui était un fervent Réaliste, est allé voir les Scorpions pour leur dire que l’occasion est bonne pour démontrer que l’heure de Tiécoro est finie. L’histoire retiendra que les Rouges ont livré quasiment leurs meilleurs matches de la fin des années 1970. Ils remportent le trophée en deux éditions (1-1 puis 2-1).

En équipe nationale, Muller se dit marqué par le tournoi Amilcar Cabral que le Mali a abrité en 1981. Les Aigles se sont inclinés face à la Guinée Conakry aux tirs au but. Ce jour-là, lorsque le quatrième tireur guinéen a réussi son coup, le gardien Modibo Doumbia dit Modibo 10 est venu lui dire de marquer son penalty  et qu’il arrêtera le cinquième tir de  l’adversaire. Effectivement, il marquera, mais le Mali se trouvera à égalité de buts marqués. Alors commença un jeu de ping-pong et au bout du fil la Guinée s’imposa parce que Fagnéry Diarra a raté son essai.  En plus de l’ambiance qui a entouré ce tournoi, Abdoulaye Koumaré se dit ému par l’attitude du public à son égard. Du début à la fin des matches du Mali, les supporters scandaient son nom.  En plus, l’enfant de Bagadadji pense qu’il n’y a pas de  bon moment pour lui durant sa carrière que cette ambiance à chaque regroupement de l’équipe nationale. Une fois que les joueurs se retrouvaient pour défendre le drapeau national, c’était la bonne atmosphère, la cohésion à telle enseigne qu’il est aujourd’hui nostalgique de ce bien vivre de la vie du groupe. C’est-à-dire qu’il n’a jamais eu de déception avec les Aigles du Mali.  Mais hélas ! Autre temps -autre réalité !

Son plus mauvais souvenir avec le Djoliba s’est passé en 1980  quand Kéké ne l’a pas retenu pour la finale de la coupe du Mali. A l’avant-veille de cette finale, le Djoliba devrait rencontrer le Heart Of d’Accra. Etant très épuisé, Muller dit avoir demandé à son entraîneur de lui accorder quelques jours de repos. Kéké, après avoir accepté, se ravisera et trouve un alibi pour le mettre de côté. Avant le coup d’envoi, quand il est allé dans les tribunes, les supporters du Réal ont commencé à chanter et ils se sont dit que “leur chimie noire” destinée à le mettre dos à dos avec son entraîneur a réussi. La suite est connue : les Scorpions s’imposent par le minimum d’un but à zéro.  Béïdy Sidibé dit Baraka est passé par là.

Un sauveur nommé Barry

Pour l’anecdote, l’enfant de Bagadadji revient sur un voyage de l’équipe nationale au Ghana : «c’était en 1978, nous sommes partis au Ghana pour préparer les éliminatoires des jeux Olympiques. Après  un match amical à Koumassi, nous sommes partis à Accra pour une autre rencontre, qui finalement n’aura pas lieu. Nous étions logés dans un hôtel où les repas étaient indésirables. Affamée, toute l’équipe est sortie le soir pour payer du maïs grillé. Et c’est à ce niveau qu’un Malien du nom de Barry, de passage, m’a interpellé pour me demander les raisons de notre présence. Je lui ai tout expliqué, mais je ne savais pas qu’il était un membre du personnel  de notre ambassade à Accra. Barry s’est étonné du fait que la représentation diplomatique ne soit pas au courant de la présence de l’équipe nationale au Ghana. Il  a promis de rendre compte et venir nous chercher pour manger à l’ambassade. Au-delà de l’espoir suscité par notre compatriote, les joueurs ont dit que mon type est un bluffeur. Pourtant, il est revenu et nous nous sommes retrouvés à l’ambassade autour d’un plat de riz à la sauce tomate. Nous avons tout mangé. De retour à l’hôtel, on nous informe que l’avion nous attend à l’aéroport. J’ai compris que les Ghanéens voulaient se débarrasser de nous, mais on ne m’a pas écouté. Arrivé là-bas, point d’avion. Une fois de plus, nous sommes retournés à l’hôtel. Le gérant nous dit que toutes les chambres ont été prises.  Cap sur le point de départ, c’est à dire l’aéroport où nous sommes restés de 22h à 15 h du lendemain. Ah, nous avons vu toutes les couleurs dans les voyages de l’équipe nationale. Mais je vous avoue que toutes ces mauvaises conditions n’affectaient pas le moral du groupe. Le seul son de l’hymme national constituait de la drogue pour nous».

Autres temps, autres réalités !

Et la transition est tout trouvée pour dire que l’écart est trop  grand entre leur génération et celle d’aujourd’hui. Ce qui s’est passé  à la veille du dernier match des Aigles à Bamako en est la parfaite illustration. Le drapeau national, l’amour du pays ont disparu au profit de l’argent. Muller se rappelle que les Aigles ont battu les Eléphants de Côte d’Ivoire en 1983  par 1 but 0 et s’attendaient à une prime de 20 000 F. Mais ce qui l’a estomaqué, c’est la réaction des joueurs ivoiriens qui malgré leur défaite exigeaient leur prime. A défaut, une casse à l’hôtel s’en suivra. Et c’est là où Bally djan du COB s’est enfermé dans la chambre pour pleurer un peu. Parce qu’il n’a pas compris l’attitude des Ivoiriens et il s’est fait une idée sur la situation dans laquelle l’équipe nationale du Mali évoluait. Muller nous a confirmé une fois de plus que la prime de voyage était fixée à 20 000 F maliens, soit 10 000 Fcfa.

Ce sacrifice pour le pays continue de lui apporter du bonheur. Partout où il va, les relations créées par le football lui ouvrent toutes les portes.  Et Abdoulaye Koumaré dit Muller soutient qu’il ne regrette rien de tout ce qu’il a fait pour son pays et qu’il est prêt à le refaire au besoin.

Agé de 59 ans, l’enfant de Bagadadji (Wotoro carré), savoure sa retraite dans la tranquillité. Le matin, il sort pour les courses, le programme du  reste de la journée est partagé entre sa famille et la mosquée.

O. Roger Sissoko

Source: Aujourd'hui Mali

 

 

Match Mali-Gabon du 10 juin prochain : Baptême du feu pour cinq nouvelles recrues

Ils sont cinq(5) nouveaux joueurs à rejoindre les Aigles duMali. Il s’agit de AdamaNiane, attaquant de l’ESTAC Troyes, Adama Traoré du Tout Puissant Mazembe, Boubacar Kiki Kouyaté de Sporting de Lisbonne, BékayeDiabassy d’Amiens SC et Aboubacar Tounkara qui n’était pas sur la liste mais qui arrive du Maroc. Le sélectionneur de l’équipe national Alain Giressea fait appel à cet ancien milieu du Centre Salif Keita qui évolue aujourd’hui avec l’AS FAR du Maroc.

Aboubacar Tounkara évolue actuellement avec l’Association Sportive des Forces Armées Royales (AS FAR) du Maroc. Ancien Capitaine du Centre Salif Keita, il a fait une saison remarquable avec 27 matchs joués et en délivrant une dizaine de passes décisives. Il a marqué à huit reprises cette saison dans le championnat marocain.

Adama Traoré du Tout Puissant Mazembélui aussi voit ses efforts récompensés avec cet  appel du sélectionneur des Aigles du Mali. Il a été champion avec les Corbeaux de Lubumbashi à la Coupe de RD Congo.

AdamaNianepour sa part est auteur d’une saison impeccable avec l’Estac Troyes. Le jeune attaquant a été meilleur buteur de la ligue 2 française avec 23 buts marqués cette saison. Il a beaucoup  contribué à la montée de son équipe en ligue 1 française. Avec une telle prestation, le natif de Djelibougou voit son rêve se réaliser avec une sélection en équipe première du Mali.

Boubacar Kiki Kouyaté, l’ancien de l’Espérance Football Club de Médine est appelé pour la première fois avec les Aigles. Le défenseur central de Lisbonne a pris part à toutes les rencontres de l’équipe B. Alain Giresse compte sur ce jeune homme plein de talents.

Enfin BékayeDiabassy, le joueur d’Amiens SC a disputé 37 matchs sur 38 avec son club de ligue 2 française et a contribué à sa montée en ligue 1 française. Ce latéral gauche découvrira le public sportif malien contre les Panthères du Gabon le samedi 10 juin prochain.

Abba Sangaré

Source: Tjikan

 

Sous-catégories

© Copyright MALI 24 – Avenir Média/Mali 2013. Tous droits réservés